L’AMOUR DES TROIS ORANGES

Il était une fois l’histoire d’un palais envahi par la maladie d’un prince hypocondriaque. Des côtes humaines en forme de racines poussaient sur toute la surface du parquet. Mais un jour, lors d’une fête organisée au château  en l’honneur du Prince, les os se transformèrent en support de jeu pour circassiens. Ce dernier se mit à rire aux éclats ce qui brisa les os en mille morceaux. Il ne restait plus que des bulbes verdâtres entourés d’une matière cotonneuse.  Etait-ce le mal qui allait revenir ou bien de belles pousses annonçant la guérison du Prince ? Lors de cette fête, on jeta un sort au Prince qui le réduisit à aimer trois oranges et à aller les chercher chez une terrible sorcière prénommée Créonte. Il partit en quête de ses oranges en traversant  le désert avec son acolyte Trouffaldino, le bouffon du roi. Ces bulbes envahissaient le sol et devenaient de plus en plus menaçants. Par chance, le Prince finit par trouver ses oranges et voulut les ramener au château. Trois grosses boules de plastique contenaient de jolies princesses dont l’une était l’élue du Prince. Le retour au château fut compliqué, deux oranges moururent et la dernière disparut dans les sous-sols. Heureusement, le mage Tchélio se rendit compte de cela et la Princesse réapparut en même temps que des troncs d’arbre poussaient à travers le plancher du palais. Les pousses avaient germées. Le Prince et la Princesse se marièrent  et les feuilles émanèrent des troncs. Malheureusement, une pousse n’avait pas germée, peut-être qu’un autre malheur allait s’abattre sur ce palais qui abritait désormais le bonheur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

CONTEXTE

Exercice de scénographie d’opéra au DPEA scénographe, ENSANantes, septembre 2015

 

DISTRIBUTION

Livret: Sergei Prokofiev

Scénographie et conception : Léa Adriansen

Suivi de projet : Chantal Thomas