DANS LA JUNGLE DES VILLES

« Vous vous trouvez à Chicago en 1912. Vous observez l’inexplicable corps à corps de deux hommes et vous assistez au naufrage d’une famille, venue de la région des savanes dans la jungle de la grande ville. Ne vous cassez pas la tête sur les motifs de ce combat, mais intéressez-vous aux enjeux humains, jugez sans parti pris de la forme des adversaires et portez votre attention sur le dernier match. »

Les premiers mots de ce livre sont essentiels et c’est de cette base que ce projet scénographique découle. Bertolt Brecht le dit clairement, il ne faut pas s’arrêter sur les motifs du combat mais sur les faits relatés dans le texte et sur le résultat. Ce sont les personnages qui créent l’histoire, ils sont la base de cette fable. Le lecteur connaît l’issue de la pièce en même temps que Garga et Shlink, aucun secret ou aparté n’est mis en place. Il est finalement propre juge de son interprétation. Le lecteur / le spectateur est autant au cœur de l’histoire que les acteurs eux-mêmes. Pour cette raison,  le public se troue immergé au cœur de l’espace de présentation de l’histoire. Cet espace est un endroit de recadrage, de mise en place de points de vue différents pour les spectateurs. Il décompose, il fragmente visuellement les portraits des personnages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

CONTEXTE

Projet de fin d’études au DPEA scénographe, ENSANantes, septembre 2015

 

DISTRIBUTION

Texte: Bertolt Brecht

Scénographie, lumière, costumes et conception : Léa Adriansen